jeudi 5 octobre 2017

Rosaire pour la France - samedi 7 octobre 2017 - 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 7 octobre, fête de Notre-Dame du Rosaire, aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle (20 rue Jeanne d'Arc - 57130 Ars-sur-Moselle).


 

vendredi 15 septembre 2017

Pélerinage traditionnel à Domrémy - dimanche 1er octobre 2017

Dimanche 1er octobre aura lieu le pèlerinage traditionnel à Domrémy organisé par le prieuré de Nancy de la FSSPX, en l'honneur de notre Sainte Jeanne d'Arc.

Covoiturage possible depuis Metz à 8h (se renseigner à franceroyale@gmail.com)

9h30 : départ de la basilique du Bois-Chenu à Domrémy - pique-nique

15h50 : arrivée à la basilique

16h : messe solennelle dans la forme extraordinaire

N'oubliez pas votre bannière fleurdelisée et votre pique-nique !

Foi et Combat

Ronald Bernard : un ancien membre de l'élite satanique témoigne


Pèlerinage marial à Saint Avold - samedi 7 octobre

La chapelle Saint-Pierre-Canisius (district d’Allemagne de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre) organise un pèlerinage franco-allemand à la basilique Notre-Dame-de-Bon-Secours à Saint-Avold (France) le 7 octobre 2017 en la Fête de Notre-Dame du Saint-Rosaire.

Le pèlerinage à Notre-Dame de Bon Secours (autre vocable de « Notre-Dame Secours des Chrétiens ») remonte au XVIe siècle, à l’époque où les moines bénédictins de Saint-Avold firent construire une chapelle en l’honneur de la Mère du Rédempteur.

Le pèlerinage à la statue miraculeuse prit de l’ampleur jusqu’à la Révolution où il fut interdit. La statue fut sauvée et cachée par des dames du village, et réinstallée dans le sanctuaire en 1806. Aujourd’hui encore, les âmes mariales viennent de France et d’Allemagne pour se confier à Notre-Dame et reçoivent de nombreuses grâces par son intercession.


Au programme le 7 octobre :

10h00 : Messe solennelle à l’abbatiale Saint-Nabor (église paroissiale) suivie de la vénération des reliques de saint Nabor, célébrée par Monsieur l’abbé Gerstle, supérieur du district d’Allemagne
12h00 : pause de midi, déjeuner libre en ville
15h00 : vêpres solennelles et salut du Saint-Sacrement à l’abbatiale Saint-Nabor
16h00 : procession à la basilique, récitation du chapelet, prière de dévotion mariale
17h45 : visite guidée de l’église abbatiale

Contact : saintavold2017@gmail.com


lundi 28 août 2017

Rosaire pour la France - samedi 2 septembre 2017 - 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 2 septembre aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle (20 rue Jeanne d'Arc - 57130 Ars-sur-Moselle).

Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : renseignements à sanctamecclesiam@gmail.com




La conversion du Grand Rabbin de Rome au Catholicisme

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale et de sa conversion soudaine, le Grand Rabbin de Rome demande le baptême. Il prend pour prénom Eugenio, en l'honneur de Pie XII et en reconnaissance de son action en faveur des Juifs durant la guerre.


Israël Zoller, dont le nom fut italianisé en Zolli sous les lois antisémites de Mussolini, est né en 1881, à Brody en Galicie (sud-est de la Pologne), aux confins de l’empire austro-hongrois. Sa mère, qui descend d’une longue lignée de rabbins, rêve pour lui du rabbinat. Il accomplit des études supérieures à Vienne, puis à Florence, et parallèlement assiste aux cours du collège rabbinique de la ville. En 1918, il est nommé à 39 ans à peine grand rabbin de Trieste — alors un des centres israélites les plus importants d’Europe — fonction qu’il assumera une vingtaine d’années. En 1939, alors que l’Europe va basculer dans la guerre, il devient grand rabbin de Rome. Lorsque l’Allemagne occupe une large partie de l’Italie en 1943, la communauté juive locale entre à son tour dans le cycle infernal des déportations et des exécutions de masse perpétrées par les nazis et leurs complices.

L’apparition soudaine

Dans cette tourmente, le Christ apparaît subitement au Grand Rabbin en octobre 1944, alors qu’il se trouvait à l’intérieur de la grande synagogue romaine, le jour de Yom Kippour (expiation) :
« Ce fut comme si un brouillard se glissait peu à peu à l’intérieur de mon âme. Il devint plus dense, et je perdis le contact avec tous ceux m’entouraient (…) Soudain, je vis avec les yeux de l’esprit, une grande prairie, et, debout au milieu de l’herbe verte, se tenait Jésus revêtu d’un manteau blanc… À cette vue, j’éprouvai une grande paix intérieure, et au fond de mon cœur, j’entendis ces paroles : “Tu es ici pour la dernière fois. Désormais, tu me suivras”. Je les accueillis dans la plus grande sérénité et mon cœur répondit aussitôt : “Ainsi soit-il, ainsi le faut-il”… Une heure plus tard, après le souper, dans ma chambre, ma femme me déclara : “Aujourd’hui, tandis que tu te tenais devant l’Arche de la Torah, il me semblait que la figure blanche de Jésus t’imposait les mains, comme s’Il te bénissait”. J’étais stupéfait… À ce moment là, notre plus jeune fille, Myriam, qui était retirée dans sa chambre et n’avait rien entendu, m’appela pour me dire : “Vous êtes en train de parler de Jésus-Christ. Tu sais, Papa, ce soir j’ai vu en rêve un grand Jésus tout blanc”. Je leur souhaitai une bonne nuit à toutes les deux et, sans aucune gêne, je continuai de réfléchir à la concordance extraordinaire des événement ».

L’appel de Dieu ne se refuse pas

Quelques jours plus tard, le Grand Rabbin renonce à sa charge et va trouver un prêtre pour être instruit des vérités de la foi. Sa conversion est décidée car, expliquera-t-il plus tard dans ses Mémoires, quand Dieu vous appelle il faut répondre :
« Un homme ne choisit pas le moment de sa conversion, mais il est converti lorsqu’il reçoit cet appel de Dieu. Alors, il n’y a plus qu’une chose à faire : obéir. Rien de prémédité, rien de préparé : il n’y avait que l’Amant, l’Amour, l’Aimé. C’était un mouvement venant de l’Amour, une expérience vécue en la lumière tempérée par l’Amour ; tout était accompli en la connaissance que l’Amour accorde ».

Après le baptême, précarité et calomnies

Le 13 février 1945, alors que les Allemands ont été repoussés de la majeure partie du sol italien il reçoit donc le sacrement du baptême et choisit comme prénom chrétien celui d’Eugenio, en signe de gratitude envers le pape Pie XII pour son action déterminante en faveur des juifs pendant la guerre. Son épouse, Emma, est baptisée avec lui, et leur fille, Myriam, suivra ses parents après un an de réflexion personnelle. Une décision qui ne fut pas sans conséquence : Eugenio Zolli se retrouve tout à coup confronté à de graves problèmes de subsistance — une situation, dit-il, qu’il accepta avec le plus grand détachement : « Je demande l’eau du baptême et rien de plus. Je suis pauvre et je vivrai pauvre. J’ai confiance en la Providence » – et à une pluie de calomnies, selon lesquelles il se serait converti par intérêt. Par intérêt ? Sa pauvreté fut sa réponse : « Aucun motif intéressé ne m’a amené à faire cela ; lorsque ma femme et moi embrassâmes l’Église, nous perdîmes tout ce que nous avions au monde. Nous devons maintenant nous procurer du travail ; Dieu nous aidera ». D’ailleurs, confie-t-il dans ses Mémoires, « les juifs qui se convertissent aujourd’hui, comme à l’époque de saint Paul, ont tout à perdre en ce qui concerne la vie matérielle et tout à gagner en vie de la grâce ».
Et lorsqu’on demandait à Zolli pourquoi il avait renoncé à la synagogue pour entrer dans l’Église, il n’hésitait pas une seconde :
« Mais je n’y ai pas renoncé. Le christianisme est l’achèvement de la synagogue. Car la synagogue était une promesse et le christianisme, l’accomplissement de cette promesse. La synagogue indiquait le christianisme ; le christianisme présupposait la synagogue. Ainsi, vous voyez que l’une ne peut exister sans l’autre. Ce à quoi j’ai été converti, c’est au christianisme vivant. »

« Le converti comme le miraculé… »

Son baptême était en effet pour Eugenio Zolli l’aboutissement d’une longue évolution spirituelle :
« Cet événement, dans mon âme, était comme l’arrivée d’un hôte bien-aimé. Je commençais seulement à entendre la voix du Christ exprimée plus clairement et plus fortement dans les Évangiles. Dans mon âme, Dieu ne se révélait point par les moyens de la tempête ni du feu, mais à travers un doux murmure… Je devenais conscient d’un Dieu que j’aimais, un Dieu qui veut qu’on L’aime et qui Lui-même aime… Le converti, comme le miraculé, est l’objet (celui qui reçoit), et non le sujet (l’auteur) du prodige. Il est faux de dire de quelqu’un qu’il s’est converti, comme s’il s’agissait d’une initiative personnelle. Du miraculé on ne dit pas qu’il s’est guéri, mais qu’il a été guéri. Du converti, il faut en dire autant ».
Eugenio Zolli meurt le 2 mars 1956. Pour de nombreux historiens incontestés, son témoignage sur l’aide, des bienfaits et du soutien apportés par l’Église auprès des victimes de la Shoah, fut déterminant pour dénouer la controverse sur « le silence » du Saint-Père, face aux atrocités nazies, mais son grande message aujourd’hui fait appel surtout à « un renforcement du lien qui unit spirituellement les juifs et les chrétiens depuis toujours.

Les citations d’Eugenio Zolli sont tirées d’une lettre publiée sur le site de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval

jeudi 29 juin 2017

Rosaire pour la France - samedi 1er juillet 2017 - 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 1er juillet aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle (20 rue Jeanne d'Arc - 57130 Ars-sur-Moselle).

Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : renseignements à sanctamecclesiam@gmail.com


mardi 27 juin 2017

Prière pour la basilique

Jeudi 15 juin, de jeunes catholiques courageux ont récité le chapelet devant la basilique Saint-Vincent de Metz, à l'intérieur de laquelle se déroulait le festival du film subversif.


Au programme : musique satanique (album Demon) et projection du film Mate Me Por Favor : une vague de meurtres tourmente une génération d’adolescents esseulée tout autant fascinée par la sexualité que par la mort, les selfies et Jésus (Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs. Fortement déconseillé à un public mineur).

Depuis plusieurs années il semble que les satanistes de tous poils prennent un malin plaisir à profaner l'édifice religieux (parodie de messe, rituels chamaniques, spectacles dépravés,...).

jeudi 1 juin 2017

Rosaire pour la France - samedi 3 juin 2017 - 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 3 juin aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle (20 rue Jeanne d'Arc - 57130 Ars-sur-Moselle).

Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : renseignements à sanctamecclesiam@gmail.com


Sainte Jeanne de France priez pour nous

Mardi 30 mai, Sainte Jeanne d'Arc a été dignement fêtée à Ars-sur-Moselle.


Après la messe, au cours de laquelle l'abbé a rappelé l'importance des armes spirituelles, telles la prière et la sainte messe, et l'utilisation prioritaire à en faire avant tout combat humain, ainsi que le faisait Sainte Jeanne d'Arc, les participants se sont donné rendez-vous autour d'un repas convivial, ponctué de chants entraînants.


Sainte Jeanne d'Arc, priez pour nous ! 

lundi 22 mai 2017

Fête de Sainte Jeanne d'Arc - mardi 30 mai - 18h30 - à Ars-sur-Moselle

Venez nombreux fêter Sainte Jeanne d'Arc, mardi 30 mai prochain, à Ars-sur-Moselle !

18h30 : messe dans la forme extraordinaire à l'église Saint-Martin d'Ars-sur-Moselle (20, rue Jeanne d'Arc, 57130 Ars-sur-Moselle).

20h : repas et chants (chaque participant amène une salade ou un plat ou une bouteille ou un dessert).
 Renseignements/inscription : sanctamecclesiam@gmail.com
Covoiturage possible depuis Metz.

Sainte Jeanne de France
Notre espérance repose en vous
Sainte Jeanne de France
Priez, priez pour nous.

Jeanne, c'est toi notre unique espérance
Du haut des Cieux, daigne entendre nos voix
Descends vers nous, viens convertir la France
Viens la sauver une seconde fois.

 A bientôt et haut les cœurs !

L’Effroyable Imposture du féminisme - entretien avec Lucie Choffey

Lucie Choffey est née en 1984 près de Bourges, dans le Cher. Après des études d’ingénieur et le début de ce qui aurait pu devenir une belle carrière, elle décide de tout arrêter pour suivre, malgré les pressions et les regards désapprobateurs de son entourage, son désir propre de femme et de mère : rester à la maison et s’occuper de son fils.
Elle essaye alors de comprendre pourquoi, pendant tant d’années, elle a voulu se conformer à ce que d’autres voulaient pour elle, et en quoi le féminisme qui prétend libérer les femmes est en réalité une autre prison dans laquelle la société tout entière est en train d’être enfermée.

Monika BERCHVOK : Comment les mouvements féministes ont-ils profondément bouleversé la société, sans avoir pour autant libéré la femme ?

Lucie CHOFFEY : Les mouvements féministes ont d’une manière globale entraîné les femmes à rechercher le bonheur par l’argent, la séduction et l’indépendance.
En effet, les féministes ont d’une part milité pour la liberté individuelle et sexuelle (liberté de disposer de son corps librement et multiples « droits à ») avec l’IVG et la contraception.
D’autre part, le travail des femmes à l’extérieur du foyer a été largement valoriséà l’instar du travail à la maison. D’où le choix majoritaire des femmes depuis 30 ans pour une activité rémunérée afin de se garantir l’indépendance, même si cela doit nuire à leur temps passé auprès de leur famille.

C’est pour ces raisons que les enfants sont confiés de plus en plus tôt, et souvent toute leur enfance, à des crèches, des nourrices, des baby-sitter, à l’école, au centre de loisir, à des centres de vacances ou d’animation.
Homme et femme sont de plus en plus des individus libérés de la famille, fuyant toutes responsabilités et toutes contraintes.
Nous avons ainsi vu exploser le nombre des divorces et arriver les familles mono-parentales et recomposées. Les rapports homme/femme ont été bouleversés. La mère est devenue toute-puissante assumant tous les rôles à la fois. Le père a été réduit à une fonction de géniteur. L’amour et le don de soi ont été remplacés par la passion, la performance sexuelle, et la réussite sociale et financière.
Beaucoup d’hommes se sont pris au jeu du féminisme et l’ont détourné à leur avantage en imposant à leur femme de travailler pour s’assurer un plus grand confort matériel. Le féminisme les a également libérés de leurs responsabilités. Beaucoup restent donc d’éternels ados, ingrats, fainéants et lâches. De nombreuses femmes, se revendiquant comme féministes, se plaignent d’ailleurs de ne pas trouver d’hommes responsables.

Autre conséquence sociétale, l’école s’est féminisée. Les enseignants sont majoritairement des femmes et l’école est beaucoup plus tournée vers l’éducation (avec sa dimension affective et axée vers l’épanouissement de l’enfant) que vers l’instruction (qui fait appel à l’intelligence et aux capacités rationnelles).

Enfin, la « gay attitude » est valorisée. Les « vrais hommes », virils et responsables, sont stigmatisés comme d’immondes hommes de Cro-Magnon, toujours prêts à exploiter les femmes. Inversement, les femmes masculines semblent représen-
ter un modèle de femmes émancipées et modernes. Etre “gay” n’est plus stigmatisé mais au contraire plébiscité comme une nouvelle forme d’humanité du futur.

mercredi 17 mai 2017

Réunion royaliste - sam. 27 mai - 15h - Peltre

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 15h le samedi 27 mai 2017, à Peltre.
image_mail_baudricourt.jpg
Renseignements et réservations au :
03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85
robertdebaudricourt@gmail.com

lundi 8 mai 2017

Face à la décadence, ayons l'audace de notre Foi

Bonjour chers tous,

J'ai compris que pour s'attaquer au gender et autres dérives sociétales graves, il faut impérativement nommer la racine du ou des problèmes, et on ne peut le faire qu'en confessant sa foi catholique (religion catholique seule vraie religion). Malheureusement, notre belle religion est empoisonnée par le libéralisme dont il faut absolument être informé pour comprendre ce qui nous arrive, c'est-à-dire cette situation de décadence : avortement, euthanasie, mariage pour tous, gender (genre), pornographie généralisée (affiches sexuels scandaleuses à la vue même des enfants...).
Nous sommes tous contaminés par le libéralisme depuis le berceau.

Le Gender participe de cette révolution contre-nature pour détruire l'idée même de Dieu !

Le concept d'égalité n'est pas un concept catholique mais un concept du libéralisme franc maçon pour faire accepter des horreurs idéologiques comme le gender...

Dieu nous a crée tous différents. Chaque âme est différente. Même dans le monde végétal la différence règne. Une tulipe n'est pas une rose... La différence est inscrite dans la Nature.

Les personnes imprégnés de ce libéralisme pensent que les hommes et les femmes sont égaux dans le mauvais sens du terme. Un homme et une femme c'est la même chose. Cela a conditionne et conditionne bien des catholiques au gender sans le savoir. Ils ne comprennent pas qu'un homme et une femme sont strictement différents et complémentaires. Alors ils emploient les termes erronés comme égale dignité (pensée libérale) mais le terme juste c'est complémentarité.

Cela s'imprime dans les esprits au point de changer la mentalité des femmes de manière insidieuse et tragique. Nous rencontrons beaucoup de femmes catholiques qui portent des pantalons, vêtement égalitariste par excellence et gender. Le pantalon nie la différence des sexes, c'est le vêtement de l'égalité qui fait perdre leur féminité aux femmes.

Un moyen simple pour faire face au gender c'est de chérir sa féminité, de porter des robes et des  jupes. C'est déjà un moyen simple parmi d'autres pour éduquer les enfants et les armer pour ne pas tomber dans ce piège genderiste et égalitariste.

La destruction de la famille est voulue pour permettre de détruire l'idée de Dieu. Les francs-maçons ont compris qu'il fallait introduire le vice d'abord chez les femmes pour détruire la religion catholique. Cette cible est judicieuse car la femme est le cœur de la famille.

Voici ce qu'ont dit les papes et les saints au sujet de la tenue vestimentaire des femmes.


Un moyen parmi d'autres pour lutter contre le libéralisme/relativisme c'est de confesser publiquement sa foi.

Le catholicisme libéral a invité les catholiques à réduire leur foi à la sphère privée ce qui est une erreur tragique. Le catholicisme libéral œuvre pour le relativisme religieux, l'œcuménisme afin que les catholiques pensent que la foi catholique est une religion parmi d'autres et n'est plus la vérité. Bon nombre de catholiques sont tombés dans cette hérésie de l’œcuménisme qui peut conduire à la mort de la foi catholique.

Ayons l'audace de notre foi : prions le chapelet dans la rue, train... pour convertir, et c'est une joie de confesser sa foi catholique dans ce monde où règne l'apostasie…

Un monde sans Dieu et non-catholique c'est la décadence absolue !

Que Dieu vous bénisse.

Blandine Spera
sainteblandine@laposte.net

mercredi 3 mai 2017

Rosaire pour la France - samedi 6 mai 2017 / 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 6 mai aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle.
Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : rosairemetz@gmail.com



dimanche 23 avril 2017

Messe à Saint Joseph à Metz - lundi 1er mai 2017 - 10h - église Saint Bernard


Réunion royaliste - sam. 29 avril - 15h - Peltre

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 15h le samedi 29 avril 2017, à Peltre.
image_mail_baudricourt.jpg
Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85
robertdebaudricourt@gmail.com - http://royalisme.org

Une nouvelles école catholique "Marcel Van" à Argancy.

Le temps est venu de vous présenter l'école catholique hors contrat "Marcel Van", qui ouvrira ses portes en septembre prochain, à Argancy.

Mardi 26 avril, 20h30, se tiendra une réunion d'information au grand séminaire (salle Saint Étienne), 4 avenue Jean XXIII à Metz, en présence de toute l'équipe de l'association "école Marcel Van".

Si ce projet vous intéresse, si vous souhaite inscrire vos enfants ou juste nous rencontrer, nous serons heureux d'échanger avec vous !

N'hésitez pas à en relayer l'information à toute personne susceptible d'être intéressée par ce projet !

Contact : ecolemarcelvan57@gmail.com

Yann Macé de Gastines

samedi 8 avril 2017

Journée-conférences Stofflet : sam. 10 juin 2017 à Bathelémont


SAM. 10 JUIN 2017 à Bathelémont
Journée-conférences
de l'Union des Cercles légitimistes de France
 avec la troupe des Cœurs de Chouans

Jean-Nicolas Stofflet
Un Lorrain à la tête de l'Armée catholique et royale

Programme :
10h : Accueil
10h15 : Chapelet pour la France
11h : Les guerres de Vendée par M. Jean-Louis Caffarel
12h30 : Déjeuner / Chants
15h : Jean-Nicolas Stofflet par M. Dominique Lambert de La Douasnerie
17h : Clôture

Renseignements / inscription :
robertdebaudricourt@gmail.com
Tél. : 03 83 81 00 29 - 06 46 77 66 85
Royalisme.org

Téléchargez le bulletin d'inscription 

Covoiturage possible depuis Metz ou Nancy


Rappel du parcours héroïque de ce soldat des droits de Dieu :

Stofflet (Jean-Nicolas), né à Bathelémont en 1753, était fils d'un meunier. Après avoir servi pendant seize ans comme simple soldat, il devint garde-chasse du comte de Colbert-Maulevrier. Il prit part en 1793 au soulèvement de la Vendée, se distingua dans toutes les occasions, s'attacha à d'Elbée, et devint major général de l'armée vendéenne. Il remplaça La Rochejaquelein dans le commandement en chef en 1794. A la suite de différends avec Charette, il traita avec la Convention en 1795. Il recommença la guerre la même année, sur l'invitation du comte d'Artois (le futur Charles X), avec le grade de maréchal de camp, qui lui avait été conféré ; mais il ne put réunir qu'un petit nombre de soldats, et tomba dans les mains des républicains, qui le conduisirent à Angers, où il fut fusillé en 1796. Il fut un des meilleurs chefs de la Vendée militaire, de l'Armée Catholique et Royale.

mercredi 29 mars 2017

Georges Clémenceau : un bon républicain

"J'approuve tout de la Révolution.
J'approuve les massacres de Septembre, où pour s'éclairer la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans les yeux des morts.
J'approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néronienne avant d'être jetées dans la Loire, avaient à la fois l'angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée.
J'approuve les horreurs de Lyon où on attachait des enfants à la gueule des canons et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans.
Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu'on y touche !"

Georges Clémenceau, le 29 janvier 1891.
In "Révolution et chouannerie en Morbihan", Édition des Montagnes noires, de l'historien Jean Guillot. 



dimanche 19 mars 2017

Rosaire pour la France - samedi 1er avril 2017 / 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 1er avril aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle.
Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : rosairemetz@gmail.com


dimanche 12 mars 2017

Reunion du Cercle Robert de Baudricourt - sam. 18 mars - 15h - Nancy

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 15h00 le samedi 18 mars 2017, à Metz.
image_mail_baudricourt.jpg
Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

samedi 25 février 2017

Rosaire pour la France - samedi 4 mars 2017 / 17h - Ars-sur-Moselle

Samedi 4 mars aura lieu le Rosaire pour la France à 17h, à l'église Saint Martin, à Ars-sur-Moselle.

Il sera précédé à 16h par une répétition de chants catholiques et traditionnels : rosairemetz@gmail.com


A l'usage de ceux qui vont voter

En cette période d'élections présidentielles, la réunion de février de notre Cercle a porté sur les jeux du cirque électoral et sur la démocratie en général.

Si dans la pensée traditionnelle l’objet de tout bon gouvernement est de rendre les hommes vertueux afin de réaliser le bien commun, tel n’est pas le cas de la démocratie. De l’antiquité à nos jours, dans un souverain mépris du peuple, celle-ci a toujours promu structurellement le vice et la médiocrité. Aussi la critique hilarante de la démocratie athénienne par Aristophane résonne-t-elle étrangement avec la pensée politique du socialiste Georges Frêche qui, avec son franc-parler, exprime bien fort ce que tout candidat aux élections pense tout bas : les électeurs ne sont que des « cons » qu’il s’agit d’« engrainer ». Suite



 
Prochaine réunion du Cercle légitimiste Robert de Baudricourt samedi 18 mars, 16h, à Nancy.

samedi 28 janvier 2017

dimanche 22 janvier 2017

Allocution de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon

Réception à la suite de la Messe pour le Roi Louis XVI, Saint-Denis, samedi 21 janvier 2017.


Madame la Surintendante,
Messieurs les abbés,
Mesdames et Messieurs les Elus
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,
Louis.jpgChers Amis,

Une nouvelle fois nous nous retrouvons, la Princesse et moi-même parmi vous, à l’occasion de l’anniversaire de la mort du roi Louis XVI que nous avons, tous, à coeur de commémorer chaque année.
Cette cérémonie est bien plus qu’un hommage rendu au roi martyr. Pouvoir nous réunir aujourd’hui dans ce haut-lieu qu’est l’ancienne abbatiale devenue Maison d’éducation de la Légion d’Honneur, donne un relief tout particulier à cette rencontre maintenant traditionnelle entre la France et son histoire.

Ainsi, qu’il me soit permis en tout premier lieu, de remercier les autorités . J’adresse toute ma gratitude aux autorités religieuses, à son excellence l’Evêque de Seine-Saint-Denis et au Recteur de la Basilique qui ont autorisé le Mémorial de France à faire célébrer cette messe dont le roi Louis XVIII avait souhaité qu’elle soit perpétuelle. Comme chef de Maison j’apprécie que cette célébration n’ait jamais été remise en cause. Je félicite le Mémorial de France à Saint-Denys d’avoir perpétué cette cérémonie, depuis un peu plus d’un siècle maintenant, quand elle est devenue privée. Après mon grand-père, après mon père, je suis très heureux de pouvoir régulièrement rappeler l’intérêt que porte le successeur légitime des Rois de France au maintien de ce devoir de mémoire et de piété vis-à-vis du roi martyr.

J’adresse à Monsieur le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur des remerciements tout particuliers, à travers vous Madame la Surintendante qu’il a chargé de le représenter. Il a permis pour cet évènement historique et commémoratif, que l’ensemble de l’ancienne abbatiale retrouve son unité. L’église et les bâtiments de l’abbaye réunis. Pour un moment, l’histoire et le présent se retrouvent. J’y vois plus qu’un symbole dans ce lieu voué désormais au présent puisqu’il est un des plus prestigieux établissements d’enseignement de France. Avec les jeunes filles qui y suivent leurs études, la Maison d’éducation de la Légion d’Honneur poursuit l’oeuvre de transmission du savoir. Transmission si nécessaire puisqu’elle donne à chaque génération les fondements non seulement des connaissances mais aussi ceux du devoir et des valeurs qu’incarne le premier Ordre de la nation.

Etre ici en ce 21 janvier 2017, permet donc à la fois de se souvenir tout en pensant à l’avenir. En ce sens histoire et éducation sont intimement liées et j’aime à le dire dans cette institution où ces mots prennent tout leur sens. Former et éduquer n’est-ce pas le devoir auquel tous les parents sont attachés, comme la Princesse et moi-même, nous le sommes pour nos trois enfants. L’héritage et la transmission donnent les bases solides sur lesquelles l’avenir peut se construire. Non pas un avenir d’utopies et d’idéalisme, mais un avenir ancré dans le réel et alimenté par les racines de la tradition. Toute famille désire léguer à ses enfants un héritage moral et matériel, vivant, travaillé, amélioré. Quant aux enfants ils sont fiers de leurs parents et du travail accompli par eux. Voilà ce qui fait une société saine et unie, et pleine d’espérance pour l’avenir.

Les perspectives d’un avenir meilleur demeurent la première préoccupation des parents et des éducateurs. Ainsi il ne faut pas avoir de nostalgie pour le passé, mais chaque jour, se demander comment avec l’héritage reçu, comment avec les racines qui sont les nôtres, nous pouvons écrire de nouvelles pages à l’histoire de France et apporter notre pierre à l’édifice soit pour bâtir, soit pour consolider, soit pour supporter les périodes difficiles.

Louis XVI dans son Testament appelle à cet espoir renouvelé. Son exemple doit nous aider à nous surpasser.
Voilà ce que je voulais vous transmettre en ce début d’année, avec les voeux que la Princesse et moi-même pouvons adresser à vous tous, à vos familles et à tous les éducateurs.

Puisse Saint Louis qui repose avec tous les rois dans cette nécropole continuer à veiller sur la France pour qu’elle demeure fidèle aux promesses de son baptême et aux valeurs de justice et de paix qui ont fait d’elle, au long des siècles, un modèle pour les nations.

Merci de m’avoir écouté.

Louis, duc d’Anjou

samedi 14 janvier 2017

Réunion royaliste et messe pour Louix XVI à Nancy, samedi 21 janvier 2017


Samedi 21 janvier à 16H30 : réunion royaliste et galette des rois à Nancy
(co-voiturage depuis Metz, contactez franceroyale@gmail.com).

A 18h30 : messe pour sa majesté le roi Louis XVI
(mis à mort le 21 janvier 1793), en la chapelle du Sacré-Coeur,
65, rue du Maréchal Oudinot.

 
Venez nombreux et que vivent Dieu, la France et le Roy !

 

Les corps intermédiaires, entre individu et État

(sujet étudié lors de la réunion du Cercle du 3 décembre dernier)
Les corps intermédiaires étaient des communautés traditionnelles au sein desquelles l’homme détenait des parcelles d’autorité en vertu du principe de subsidiarité ; ils lui apportaient protection, responsabilités, honneur et dignité dans le service du bien commun. La Révolution leur a substitué les sociétés de pensée, ces communautés artificielles où la personne est privée de toute possibilité d’action concrète et soumise à la tyrannie de l’opinion. La démocratie égalitaire la laisse nue et désemparée face à un État tout puissant qui, pour durer, lui propose l’ignoble marchandage : « on te donne la liberté de jouir si tu nous laisses le pouvoir et l’argent. »
Pour approfondir le sujet : http://www.viveleroy.fr/Les-corps-intermediaires-entre 

mercredi 4 janvier 2017

Rosaire pour la France - samedi 7 janvier 2017 / 17h - Metz - Eglise Sainte Ségolène

2017 : nous voici désormais dans l’année du centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima, une bonne raison de poursuivre avec ferveur et assiduité notre Rosaire pour la France en ces temps toujours plus troublés.
C'est avec plaisir que nous vous retrouverons samedi prochain, 7 janvier 2017, à 17h à l'église Sainte Ségolène de Metz.


Bonne et sainte année !